LE CIRQUE VOLANT

Forum du jeu Wings of Glory / Wings of War (Le Cirque Volant a 11 ans)
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Présentation WW1 série Phönix DI - Nieuport 11 - Sopwith Strutter - Albatros CIII

Aller en bas 
AuteurMessage
monse
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2074
Age : 46
Localisation : Val d'Oise
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Présentation WW1 série Phönix DI - Nieuport 11 - Sopwith Strutter - Albatros CIII   Sam 10 Sep 2016 - 15:39

PHÖNIX D.I
La société Phönix Flugzeug Werke produisait sous licence le chasseur Hansa Brandeburg D.I qui avait atteint les limites de son développement et s'en est inspiré pour concevoir le Phönix D.I, en apportant des améliorations sur les ailes, la structure et un puissant moteur en ligne Hiero de 200cv.

Le prototype fabriqué en 1917 se révèle rapide mais difficile à prendre en main.
Neanmoins, la production est lancée pour répondre au besoin urgent en avions de chasse de l'empire austro hongrois.
Deux autres versions apportent des modifications sur les ailerons et la puissance du moteur (230cv).
158 exemplaires des trois versions sont livrées jusqu'au 4 novembre 1918.

En service à partir de décembre 1917 comme chasseur dans les unités de chasse et comme chasseur d'escorte pour les biplaces d'observation et de bombardement.
Avec une faible vitesse ascensionnelle, le Phönix D.I se révèle moins manœuvrant et moins rapide que les avions ennemis mais il offre une bonne visibilité au pilote et un armement efficace.
Une fois les faiblesses de structure résolues sur les premiers modèles, les pilotes découvrent qu'ils peuvent effectuer des plongées à pleine vitesse sans craindre un arrachement des ailes.
Apprécié des pilotes pour sa robustesse, sa facilité de pilotage et sa stabilité (surtout par les anciens pilotes de biplace), le Phönix D.I est cependant considéré comme trop stable pour les changements rapides de manoeuvres en combat.
Certains Phönix D.I sont équipés de caméra et transformés en appareils de reconnaissance.
Piloté par de nombreux as austro hongrois : Linke Crawford, Brumowski, Kiss, Fiala Ritter Von Fernbrugg, Gruber, Graser.


Les 3 pilotes des figurines de Phönix D.I :

Friedrich LANG : as austro hongrois né en Autriche vers 1894, connu pour la défense des bases navales de l'Adriatique.
Engagé dans la marine en 1912, se distingue et est décoré pour son sang froid lors de combats navals.
Transféré à sa demande dans l'aviation de la marine en 1916, il acquiert une grande expérience en menant des missions de reconnaissance, bombardements de cibles terrestres et maritimes, escorte aérienne et protection de navires.
En 1916 au commande d'un hydravion biplace Lohner, il attaque une formation de 6 Farman MF.11 italiens et en abat deux avec son observateur Kohlhauser.
L'un des premiers pilotes de son unité à piloter le Phönix D.I, il obtient ses deux victoire suivantes le 19 mai 1918 contre deux hydravions Macchi M5 puis sa cinquième et dernière victoire le 12 août en abattant un hydravion Macchi L3 (respectivement au commande des Phönix A.115 et A.117).
Décoré de deux Croix du Mérite Militaire et de la Croix de Fer avec décoration et épées.
Il quitte la marine en 1919.

Karl URBAN : né en Autriche en 1894, il suit une formation de pilote au début de la guerre.
Sur le front russe, il est affecté à l'escadrille Flik 10 et effectue des missions de reconnaissance, photographie aérienne et réglage d'artillerie.
Subit deux arrêts de son moteur en plein vol et n'hésite pas à se hisser sur le fuselage pour le relancer.
Mène une série de raids contre l'ennemi et obtient plusieurs décorations dont le Mérite pour bravoure, avec son observateur Grunne.
Le 5 mai 1916 avec son mitrailleur Jäger, il obtient sa première victoire contre un avion russe triplace lors d'un combat de 25 minutes et plus de 300 cartouches tirées malgré l'enrayage de leur mitrailleuse.
Après plusieurs victoires sur le front russe, il est transféré dans une unité de réglage d'artillerie Fliegerkompanie 27 de décembre 1916 à octobre 1917.
Retourne dans une escadrille de chasse Fliegerkompanie 14, avec laquelle il remporte sa dernière victoire au commande d'un Phönix DI contre un chasseur italien (sans doute un Hanriot HD1).
Relevé d'une unité combattante en juillet 1918, il devient pilote d'essai et se tue le 12 juillet lors d'un looping avec un nouveau Phönix DI qui perd son aile.

Kurt GRUBER : as austro hongrois aux 11 victoires (dont 5 partagées avec d'autres pilotes).
Né en 1896, intégré dans l'armée au début de la guerre mais obtient son transfert dans l'aviation grâce à ses études en mécanique.
Première victoire en mai 1916 avec Brumowski comme observateur à bord d'un Albatros B.
Après plusieurs montées en grade, il est affecté à la première véritable escadrille de chasse austro hongroise Flik 41.
Blessé lors d'un crash, il fait preuve de ses capacités à son retour en escadrille en devenant un as et un chasseur de ballon.
Transféré dans la Flik 60J sous le commandement de Linke Crawford, équipé de Phönix DI, il remporte 6 autres victoires mais est tué en combat le 6 avril 1918 contre des Camel du 66 Squadron basé en Italie.

http://www.aresgames.eu/17164

_________________
Like a Star @ heavenLike a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
tiopepe
Sergent Chef
Sergent Chef
avatar

Nombre de messages : 315
Age : 66
Localisation : Gennevilliers ou Valencia
Date d'inscription : 16/02/2014

MessageSujet: Re: Présentation WW1 série Phönix DI - Nieuport 11 - Sopwith Strutter - Albatros CIII   Dim 11 Sep 2016 - 8:12

Bonjour,
Merci pour cette traduction, encore des fiches à enregistrer dans mes archives.
Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monse
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2074
Age : 46
Localisation : Val d'Oise
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: Présentation WW1 série Phönix DI - Nieuport 11 - Sopwith Strutter - Albatros CIII   Jeu 6 Oct 2016 - 1:44

NIEUPORT 11
Conçu par Gustave DELAGE pour participer aux courses aériennes d’avant-guerre, le Nieuport 10 conduit au développement du Nieuport 11 aux dimensions inférieures (d’où serait issu son surnom “bébé”).
Malgré sa faible motorisation de 80cv, il possède une vitesse satisfaisante, une bonne manoeuvrabilité et une facilité de pilotage, ce qui le distingue du Morane N et le rend très populaire auprès des pilotes.

De type sesquiplan (aile inférieure moins profonde que l’aile supérieure), cette formule permet de réduire la trainée et d’offrir une meilleure vue au pilote. Les 2 ailes sont reliées par des montants en V à la forme caractéristique.
Armé d’une mitrailleuse Lewis installée sur l’aile supérieure, ce qui rend l’opération de rechargement en munitions dangereuse pour le pilote qui doit se lever en plein vol. Grâce au support “Foster” (du nom de son concepteur anglais le sergent Foster), la mitrailleuse peut être basculée par le pilote et réapprovisionnée en restant assis dans le cockpit.

Arrivé au front en janvier 1916, il permet de regagner la supériorité aérienne sur les allemands qui dominait les cieux depuis l’été 1915 grâce au chasseur Fokker Eindecker.
Les Nieuport 11 et 16 (version plus puissante de 110cv) peuvent être équipés de 8 fusées Le Prieur installées sur les montants d’ailes, pour détruire les ballons d’observation.
En mars 1916, la version améliorée Nieuport 17 commence à être livrée aux escadrilles.
Les Nieuport 11 et 16 poursuivent leur activité comme avion d’entrainement mais restent en première ligne dans les aviations italiennes et russes.
Piloté par les as français Navarre, Guynemer, Madon, Nungesser, Turenne, Fonck, les anglais Ball et Mannock, le canadien Bishop, l’italien Baracca.


Les deux pilotes français et le pilote italien choisis pour les figurines de Nieuport 11.

Jean CHAPUT : 16 victoires, né en 1893.
Débute sa carrière militaire dans l’infanterie en 1913 et transféré dans l’aviation en 1914.
Pilote breveté en février 1915, affecté à l’escadrille C28 où il remporte sa 1ère victoire sur Caudron en forçant un Fokker Eindeker à se poser (décoré de la Médaille Militaire).
Blessé sérieusement en juillet 1915, ne peut retourner au front qu’en janvier 1916.
Remporte plusieurs victoires à l’escadrille N31 puis N57 entre mars et juillet 1916.
Reçoit la Légion d’Honneur en juin 1916.
A nouveau gravement blessé en août, reste en convalescence jusqu’au début 1917.
Quatre victoires supplémentaires en 1917, puis deux en mars 1918.
Prend le commandement de la Spa57 mais est tué au combat en mai 1918 sur Spad XIII, abattu par H.Becker de la Jasta 12 à Montdidier.

Armand De TURENNE : 15 victoires, né en 1891.
Effectue son service militaire dans un régiment de chasseurs entre 1909 et 1912. S’estimant peu apte à la vie civile, se réengage en 1913 dans un régiment de dragons.
Obtient son transfert dans l’aviation en juillet 1915 et son brevet de pilote en décembre.
Affecté à l’escadrille N48 en juin 1916.
Première victoire en novembre 1916 contre un Albatros, 4 victoires supplémentaires à la N48 jusqu’en août 1917.
Transféré à l’escadrille Spa12 dont il prend le commandement, accumule les victoires jusqu’en septembre 1918.
13 victoires remportées en coopération avec d’autres pilotes et 2 victoires obtenues seul.
Chevalier de la Légion d’Honneur, décoré de la Croix de Guerre et de décorations belge et italienne.
Promu colonel en mars 1937.

Giovanni ANCILLOTTO : né en 1896 dans une famille aisée.
Passionné d’aviation, étudie à l’université polytechnique de Turin au début de la guerre.
Volontaire pour devenir pilote, breveté en mars 1916 et affecté à la 114a puis 27a squadriglia.
Décoré de la médaille de la valeur militaire pour ses missions de reconnaissance en 1917.
Grâce à ses connaissances techniques, il est sélectionné pour une conversion sur Nieuport de chasse.
Affecté à la 80a squadriglia, participe aux batailles de l’Isonzo puis de Caporetto à la 77a squadriglia.
Détruit de nombreux ballons d’observation et conduit des patrouilles nocturnes.
Retiré des combats en septembre 1918 et nommé à la commission de l’aéronautique, il participe néanmoins à l’offensive finale (bataille de Vittorio Veneto) et remporte sa dernière victoire le 27 octobre 1918.

http://www.aresgames.eu/17252

_________________
Like a Star @ heavenLike a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
tiopepe
Sergent Chef
Sergent Chef
avatar

Nombre de messages : 315
Age : 66
Localisation : Gennevilliers ou Valencia
Date d'inscription : 16/02/2014

MessageSujet: Re: Présentation WW1 série Phönix DI - Nieuport 11 - Sopwith Strutter - Albatros CIII   Jeu 6 Oct 2016 - 6:33

Bonjour,
Merci pour ces nouvelles fiches de pilotes traduites avec sobriété.
Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monse
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2074
Age : 46
Localisation : Val d'Oise
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: Présentation WW1 série Phönix DI - Nieuport 11 - Sopwith Strutter - Albatros CIII   Ven 21 Oct 2016 - 19:08

SOPWITH 1 1/2 STRUTTER
Conçu comme avion multi-rôles pour répondre au besoin du Royal Naval Air Service anglais (RNAS) pour un bombardier léger monoplace et pour un chasseur biplace.
L'ingénieur T.Sopwith créé un appareil avec le pilote en place avant et l'observateur en place arrière, position inversée par rapport aux autres avions biplaces existants.
Premier avion anglais équipé d'une mitrailleuse synchronisée tirant à travers l'hélice.
Mitrailleuse Lewis en place arrière.
Deux paires de montants relient les ailes supérieures et inférieures entre elles, tandis que deux autres paires de montants de demi-longueur reliant l'aile supérieure au fuselage (formant un W en vue de face) donnent à l'avion son surnom "Un et demi montant".
Premier vol en décembre 1915, produit dès 1916 pour le RNAS et l'aéronautique française.

Au début, utilisé comme escorte de bombardiers (type Caudron G.4), il peut aussi être équipé de bombes pour effectuer des missions de bombardement.
Sa très bonne autonomie et son armement lui permettent d'effectuer des patrouilles en territoire contrôlé par les allemands jusqu'à ce qu'il soit surclassé en vitesse par les chasseurs Albatros plus efficaces en dogfight.
Utilisé ensuite comme avion de reconnaissance à long rayon d'action, accompagné d'une escorte adaptée.
À cause de la vulnérabilité croissante de l'appareil face aux chasseurs allemands, il est remplacé dans ce rôle par les chasseurs Pup, Triplane puis Camel.
Grâce à sa stabilité de vol, des modèles biplaces sont convertis en chasseur monoplace pour la défense du territoire contre les raids de bombardiers et dirigeables allemands sur l'Angleterre. Le cockpit est reculé et la mitrailleuse placée sur l'aile supérieure pour ne pas gêner le pilote en mission de nuit : c'est la version Comic.

Employé massivement par l'Aéronautique Militaire Française en 3 versions :
Biplace de reconnaissance (Sopwith A2), monoplace et biplace de bombardement (Sopwith B1 et B2) contre des objectifs militaires et industriels.
Retiré des escadrilles françaises début 1918.
Utilisé également par l'aviation belge, russe et américaine.


Les pilotes et escadrilles choisis pour les figurines de Sopwith 1 1/2 Strutter (une version française, deux versions anglaises)

Dieudonné COSTES : pilote français né en 1892, breveté en 1912.
Affecté successivement aux escadrilles MF.55 et 85 sur avion Farman, puis aux N.506, 507 et 531 sur chasseur Nieuport.
Remporte 8 victoires avril 1917 à septembre 1918 sur le front des Balkans.
Pilote connu pour ses nombreux records de vols longue distance réalisés après guerre, en particulier la première traversée de l'Atlantique sud sans escale en 1927 (du Senegal au Brésil), puis Paris-New York avec l'aviateur Bellonte sur l'avion "Point d'interrogation".
Lieutenant colonel pendant la 2e guerre mondiale.
Décès en 1973.
Décoré de la Légion d'Honneur, Croix de Guerre et Médaille Militaire.

Raymond COLLISHAW : pilote canadien le plus titré du RNAS, second as canadien (60 victoires), ayant remporté le plus de victoires sur Sopwith Triplane (34).
Premier pilote réclamant 6 victoires le même jour (6 juillet 1917).
Ne en 1893 au Canada, rejoint le RNAS en janvier 1916 et effectue des patrouilles aériennes de surveillance des côtes britanniques.
En août 1916, affecté au 3rd Wing du RNAS en France sur Sowith 1 1/2 Strutter.
Participe le 12 octobre au raid de bombardement contre l'usine Mauser d'Oberndorf en Allemagne. Remporte une 1ère victoire non homologuée.
Doublé le 25 octobres alors qu'il est attaqué par 6 avions à Luneville (décoré de Croix de Guerre par les français).
Vole sur Sopwith Pup en février 1917 pendant 2 mois.
Commandant de l'escadrille B du 10th Naval Squadron, équipée de Sopwith Triplane et composée de pilotes canadiens, connue sous le nom du "Black Flight" en raison de la couleur sombre de leurs avions. Cette escadrille remporte 86 victoires contre le Cirque Volant de Richthofen, pour la perte de 3 appareils (dont 2 à cause de la DCA).
L'escadrille B est dissoute pendant une permission de Collishaw au Canada.
A son retour en novembre, est nommé commandant successivement du 13th Naval Squadron à Dunkerque pour des missions d'escorte sur la Manche, puis du 3th Naval Squadron (qui devient le 203 RAF Squadron à la fusion du RNAS et du RFC en avril 1918).
Remporte 21 victoires sur Sopwith Camel jusqu'en septembre 1918.
Participe à la création de l'armée de l'air canadienne mais reste dans la RAF.
Atteint le rang de Air Vice Marshall pendant la 2e guerre mondiale.
Décoré de : Distingued Service Cross - Service Order - Flying Cross.
Décès en 1976.

78 SQUADRON : escadrille du Royal Flying Corp (RFC) chargée de la défense de la côte sud de l'Angleterre.
Équipée initialement d'avions RAF BE2 et BE12 pour intercepter les dirigeables Zeppelin en mission contre les cibles au sud de l'Angleterre, l'escadrille est transférée à Londres au début des raids de bombardiers allemands contre la capitale.
L'escadrille reçoit des Sopwith 1 1/2 Strutter fin 1917, puis des Sopwith Camel à la mi 1918.
Dissolution de l'escadrille en 1919.

http://www.aresgames.eu/17317

_________________
Like a Star @ heavenLike a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
monse
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2074
Age : 46
Localisation : Val d'Oise
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: Présentation WW1 série Phönix DI - Nieuport 11 - Sopwith Strutter - Albatros CIII   Ven 4 Nov 2016 - 23:29

ALBATROS C.III
Le modèle d'Albatros type C le plus construit.
Utilisé pour l'observation, reconnaissance photo, bombardement léger (emport de 100 kg de bombes), escorte de bombardiers.
Évolution de la version C.I, le C.III se révèle rapide, manœuvrable et bien armé.
Équipé d'un empennage arrondi, qui lui confère une meilleur agilité, comparé à celui triangulaire du C.I.
Motorisation : Benz Bz III de 150cv ou Mercedes D.III de 160cv en ligne, caractérisé par les cylindres et les tuyaux d'échappement dépassant du fuselage et limitant la vue du pilote.
Armement : mitrailleuse avant LMG 08/15 et mitrailleuse arrière Parabellum MG.14 (7,92mm).

Arrivé au front en décembre 1915, 354 exemplaires en activité en aout 1916.
Maintenu en activité sur les fronts secondaires après son retrait du front ouest.
Commandés à 2271 exemplaires, 800 livrés sur le front, le reste destiné à l'entraînement.
Sa construction robuste a permis son utilisation jusqu'à la fin de la guerre, une exception pour un avion du début de la guerre. Les exemplaires encore en état de vol à la fin de la guerre ont été remis aux vainqueurs pour destruction ou réutilisation par les nations alliées.
Utilisé par l'Allemagne, l'Empire Ottoman, Bulgarie, Russie, Pologne, Finlande ...


Les pilotes et unité choisis pour les figurines d'Albatros C.III :

Erwin BÖHME : né en Allemagne à Holzmindem, sportif accompli, travaille en Afrique de 1910 à 1914.
A la déclaration de guerre, est affecté dans l'aviation à sa demande, malgré son âge, grâce à son esprit agressif et sa forme physique.
Instructeur pendant un an, avant d'être transféré sur le front en France sous le commandement de Boelcke en décembre 1915.
Premiers combats en 1916 contre des Farman et Nieuport, mène plusieurs missions de patrouille et de bombardement à bord de son Albatros C.III.
Nommé lieutenant, son unité est transférée sur le front russe en août 1916 où il remporte sa première victoire contre le pilote russe Pulpe.
Affecté à la Jasta 2 avec Manfred Von Richthofen sous le commandement de Boelcke, il remporte 5 victoires en deux mois.
Le 28 octobre 1916, au cours d'un combat contre des DH2 anglais, pour éviter d'entrer en collision avec un appareil ami, son avion heurte l'aile de l'Albatros de Boelcke qui se tue en effectuant un atterrissage d'urgence.
Très affecté moralement par cet accident, il continue de remporter plusieurs victoires.
Reçoit la décoration Pour le Mérite.
Tué le 29 novembre 1917 au cours d'un combat en Belgique. Enterré avec les honneurs par ses adversaires anglais.

Emil MEINECKE : né en 1892 à Manheim, il apprend le pilotage et la mécanique aéronautique avec le pionnier de l'aviation Jathro.
Au début de la guerre, s'enrôle dans l'aviation et achevé sa formation en juillet 1915.
Affecté à Berlin comme instructeur, il est envoyé sur le front oriental pour entraîner les pilotes de l'Empire Ottoman.
Intégré dans la Jasta germano turque, première victoire en janvier 1917 à bord d'un Fokker Eindekker contre un BE2c.
Remporte 5 autres victoires contre des avions du RNAS et de l'aviation grecque jusqu'en avril 1918.
Reçoit plusieurs décorations allemandes et turques.
Après la guerre, travaille pour la société Fokker comme mécanicien.
Pendant la 2e guerre mondiale, il reste aux Pays-Bas et devient pilote d'essai pour Fokker.
Émigré au Canada en 1956 où il meurt en 1975.

LUFTSTREIKRAFTE : force aérienne allemande.
avant 1915 s'intitule Fliegertruppen des Deutsches Kaiserreiches (corps aérien de l'Empire allemand).
Utilise des chasseurs monoplaces et biplaces, des avions de reconnaissance, des bombardiers, des dirigeables.
La Marine utilise également ses propres avions et dirigeables
A la fin de la guerre, la Luftstreikrafte comprend 2700 avions, 56 dirigeables, 186 ballons et 4500 personnels navigants.
Dissoute le 8 mai 1920, tous les appareils doivent être détruits selon le Traité de Versailles.

http://www.aresgames.eu/17425

_________________
Like a Star @ heavenLike a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation WW1 série Phönix DI - Nieuport 11 - Sopwith Strutter - Albatros CIII   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation WW1 série Phönix DI - Nieuport 11 - Sopwith Strutter - Albatros CIII
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CIRQUE VOLANT :: HISTOIRE ET AVIATION :: Aviation : avions, pilotes, Histoire-
Sauter vers: